L’herbe des nuits

jeudi 17 août 2017
par  sylvain
popularité : 37%

En passant le long de ce trottoir, la pensée fugace d’événements s’est imposée à ma mémoire. Dannie, Aghamouri, Chastanier, l’hôtel Unic et d’autres lieux, que j’ai fréquenté quelques mois, il y a si longtemps.
Des vies que j’ai traversées sans qu’il n’en reste réellement de témoin, ni de réels souvenirs à part ce carnet noir ou j’ai consigné des horaires, des impressions, des faits, des notes.
Il y avait aussi cette maison à la périphérie de Paris, ou nous étions allés passer quelques jours, avec Dannie. Je n’ai jamais réellement tenté d’y retourner, mais je sais que cela aurait été un échec.
Seul ce policier qui m’avait interrogé avait gardé des éléments tangibles de cette période. Je l’avais revu, ensuite, il m’avait remis un dossier qui levait quelques voiles. Dannie était partie sans retour.


Commentaires

Logo de sylvain
vendredi 1er septembre 2017 à 19h24 - par  sylvain

Quelle horreur !!

Un homme, mêlé il y a plus 30 ans à une affaire criminelle, nous raconte ses souvenirs, aidé d’un cahier noir ou il a tout consigné.

Intérêt pour le lecteur : aucun.

Intérêt pour le narrateur : incompréhensible, on dirait un mec qui regarde sa vie dans un rétroviseur, et qui confond légèreté avec froideur et frigidité.

Cela m’a fait exactement comme l’autre opus de Modiano que j’ai lu : c’est tellement creux qu’on lit pour trouver un sens, et quand on ferme l’opus, on est rassuré, il n’y en a pas. Sauf qu’on a perdu quelques heures qu’on aurait pu occuper à lire un livre comme "Babylone", par exemple.

Définitivement sans aucun intérêt.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique