Histoire de Flandre : le point de vue Flamand

dimanche 16 février 2020
par  sylvain
popularité : 50%

L’opus présente, période par période, l’histoire de la Flandres, réellement vue du point de vue des Flamands (comme l’indique le titre, en fait), complétée d’un rappel des évènements intéressant les principaux voisins de la Flandres, comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas, voire parfois l’Espagne.

Des annexes cartographiques, malheureusement en noir et blanc, rappellent l’extension de la flandre à travers les époques, ainsi que divers autres sujets relatifs à la flandre, comme par exemple la langue.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 16 février 2020 à 22h57 - par  sylvain

Sans être ni fantastiquement écrit, ni totalement clair sur l’explication historique, l’opus reste quand même très intéressant.

D’une part car il présente un roman national diffèrent, celui d’un peuple, les flamands, et d’une région ballottée par les conquêtes des plus puissants qu’elle.

Cela permet de relativiser le roman national français, mais surtout redonne à l’Histoire une grandeur qu’elle avait (pour moi) perdu en ne traitant que du point de vue du "vainqueur", celui qui réussit à imposer sa vision. Ici, finalement, l’important, ce sont les habitants de ces territoires, leurs us et coutumes, ce qui fait d’eux des flamands.

Et d’autres part, dans la continuité de ce premier point, car cela interroge sur ce qui fait flamand un habitant de Flandre.

Pour ma part, j’ai planté mes racines en Flandres depuis moins de 10 ans, mais je m’y sens bien.

Je m’y sens chez moi, alors que je suis un mélange de Polonais et d’habitants du Boulonnais, conté séparé de la Fandre depuis au moins 12 siècles, et dont la culture m’a toujours paru tournée vers la Francie.

Cet opus m’aura donc permis de m’interroger sur ce qui me rend (ou pas) flamand, sans que pour l’instant je n’y ai trouvé de réponse définitive et plus pertinente que l’attrait du climat et de l’envie de faire des autres habitants. Sans oublier, bien sûr, ma flamande.

Le seul oubli de l’opus sera de ne pas avoir appelé de ses voeux le rattachement de la Flandres française à la Belgique, qui aurait de nombreux avantages : le Nord deviendrait le Sud (Zuid-Vlaanderen), et la Flandre flamingante ’enrichirait d’un nouveau dialecte du Wallon : le français.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Histoire de Flandre : le point de vue Flamand