Titan

lundi 29 décembre 2008
par  sylvain
popularité : 100%

A partir des années 2000, l’élan de la conquête spatiale est totalement essoufflé. Et les perspectives politiques des USA, la montée du populisme religieux à l’esprit de clocher laissent prévoir un total abandon de tous les programmes spatiaux civils...

Aussi, quelques responsables de la NASA réutilisent tous les projets avortés des dernières années pour organiser une mission dans l’espace profond : une mission vers Titan. La conversion des navettes, des fusées qui étaient exposées dans le musées, et même du Spacelab permettent effectivement le lancement, dans les temps, d’une mission de 5 astronautes vers cette lointaine lune de Saturne.

Le voyage dure 6 ans. Sur Terre, les USA et la Chine se sont fait la guerre. La Chine a perdu, mais elle cherche à venger son honneur dans un scénario catastrophe. Après tout, si tous les hommes meurent, le dernier survivant sera statistiquement Chinois.

Aussi, le suivi de la mission, le lancement des fusées de ravitaillement, tout est abandonné, laissant les 5, puis 4 astronautes, à leur seules forces pour réussir l’exploit de se poser sur Titan.

Et d’y mourir, car le voyage de retour est impossible. En laissant quand même une graine d’espoir pour les générations futures, si tant est qu’elles existent.


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 29 décembre 2008 à 21h44 - par  sylvain

C’est un livre très lucide sur les raisons de la conquête spatiale, la politique Américaine, les oppositions entre la NASA et l’USAF. Et lucide sur ce que l’Amérique pourrait devenir, si elle n’y prends pas garde. Heureusement que la crise et Obama ont l’air de remettre ça d’aplomb.

Et c’est aussi un livre amusant sur ce que pourrait être, pour de vrai ("avec les odeurs") une mission dans l’espace lointain, dans les prochaines années. Avec des risques, de la routine, et beaucoup d’ennui, qui sont très bien décrits.

Avec aussi la joie de la réussite gratuite, la joie d’arriver sur Titan, même si c’est de toute évidence pour y mourir. La joie des explorateurs qui ont risqué leur vie pour arriver là ou d’autres n’étaient pas encore allé.

Seule la fin est très moyenne, le livre devenant presque mystique, ce qui est décevant.