Mars blanche

samedi 20 décembre 2008
par  sylvain
popularité : 38%

Après avoir colonisé la Lune, c’est maintenant Mars qui est la cible du développement de l’humanité. Dans un premier temps, les Nations Unies y ont installée une communauté scientifique, destinée à mettre en place un instrument permettant de détecter des particules indétectables sur Terre. Et, en complément, Mars est devenue un lieu de passage pour des personnes méritantes, jeunes et moins jeunes envoyés par les gouvernements après avoir prouvé leur valeur.

Mais un jour, l’économie terrestre s’effondre. Et elle s’effondre tellement que les voyages de la Terre à Mars deviennent impossibles.

Mars prends son destin en main. Sous l’influence de plusieurs personnages charismatiques, une société utopique, sans argent, sans prison... se met en place : Mars Blanche. Et tous les débats, toutes les polémiques sont transmis vers la Terre, qui ne réponds plus.

Les scientifiques découvrent tout à coup une forme de vie inconnue sur Mars. La transformation de Mars devient alors forcément impossible, et la société utopique peut se pérenniser... et essaimer.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 20 décembre 2008 à 19h59 - par  sylvain

Plusieurs idées sympathique dans cet opus : l’isolement sur Mars, l’évolution très particulière de la vie sur cette planète, et les 10 dernières pages, qui présentent (sans les développer) l’évolution de l’humanité dans le système solaire.

Pour le reste, c’est un condensé, sur Mars, de "l’Ile Mystérieuse" et "des révoltés du Bounty". Un groupe de personnes, scientifiques et autres, essayent de créer une société meilleure. L’isolement, de toute façon, les oblige à faire quelque chose.

Et beaucoup des concepts de cette "révolution utopique" témoignent de l’age et de l’ouverture d’esprit de l’auteur...

Donc un livre qui aurait assurément pu être très bien, mais qui, in fine, ressemble plus à un ramassis de poncifs. Ceci dit, c’est écrit pour faire prendre conscience qu’il faudra rapidement protéger Mars, mieux que l’humanité a pu le faire de l’Antarctique. C’est le seul côté vraiment sympa.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Mars blanche