La veillée de Newton

dimanche 31 janvier 2010
par  sylvain
popularité : 29%

L’humanité a déclenché une troisième guerre mondiale, vers la fin du 21ème siècle. Quelques millions d’humains ont survécu, parce que les IA militaires ont évolué jusqu’à accéder à la conscience, et ont décidé de partir, en laissant les traces de leur évolution fulgurante.

Les humains sortis des ruines sont toujours organisés en fonction des anciennes rivalités : les Chevaliers du Savoirs, les Kommunistes, les Américains Online. Ceux qui sont partis, abandonnant les autres sur la terre, les fuyards haïs de tous, qui sont arrivés par hasard sur une planète qu’ils ont dénommée Eurydice. Et bien sûr les profiteurs, les Carlyle, descendants des bandits qui ont tout créé, depuis la Mafia jusqu’aux profiteurs actuels de l’écheveau de trous vers, qui leur permet de garder la main (et les bénéfices) du commerce entre les planètes occupés par les descendants de l’Humanité.

Car les IA ont quand même laissé quelques menus découvertes : un réseau de portes inter-sidérales, le voyage supra-luminique, et le stockage des humains dans des mémoires informatiques, permettant de se sauvegarder avant de prendre un risque, quitte à se reloader dans un corps neuf après... la mort.

Dans ce monde presque décomposé, quand Lucinda Carlyle découvre la planète Eurydice, et prend conscience qu’elle a découvert le point d’arrivée des Fuyards, et au passage toute une archéologie d’IA pas encore fouillée, elle ne peut empêcher tous les représentants de l’humanité de venir réclamer leur part du butin. Et vérifier si les esprits de tous les humains disparus lors de la guerre ne sont pas présents dans ce coin de l’univers.

Au risque de recréer des situations assez catastrophiques, notamment pour sa propre famille, puisque in-fine, l’humanité en viendrait presque à oublier ses disparités.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 6 février 2010 à 22h23 - par  sylvain

Je dois dire que j’ai été globalement un peu déçu.

Pas par l’histoire, qui est amusante et encore une fois (dans la droite ligne de "la Division Cassini") déjantée. Une humanité qui s’est séparée en parties, grosso-modo sur les lignes d’opposition actuelles entre Europe, USA et Est, et qui traîne quelques vieux complexes liés à la façon dont chaque partie s’est sortie du bourbier. Avec au milieu de tout ça, un clan qui profite de l’ensemble. On s’y croirait.

Mais le style est un peu décevant, et surtout, la traduction m’a semblée mauvaise (mais je ne suis pas allé lire l’original en anglais, hein, donc c’est un avis, pas un jugement).

Et vous, vous en pensez quoi ?

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique