L’anniversaire du monde

dimanche 7 octobre 2012
par  sylvain
popularité : 44%

Plusieurs millénaires après la grande diaspora des humains sur toutes les planètes de cette région de la voie lactée, et après que les Hainiens, tellement avancés, se soient parfois amusés à créer des lignées particulières d’humains, les moeurs les plus improbables se sont stabilisés et sont devenus les formes de cultures de planètes développées, qui ont rejoint l’Ekumen.

Car la variabilité de la sexualité au cours de la vie, par exemple, ou lors de périodes de rut, ou des tabous empêchant, un peu comme le refus de l’inceste, de coucher avec une partie de la population, peuvent créer des rapports sociaux très différents de ceux auxquels nous sommes habitués, mais tout aussi respectueux de l’amour et de la tendresse que des êtres humais peuvent souhaiter éprouver les uns pour les autres.

Enfin, dans une de ces nefs destinée à essaimer les humains, peuplées de quelques milliers d’hommes et de femmes partis pour un voyage sans retour dont seules les générations futures verront la fin, la vie s’organise totalement autour de l’intérieur de la nef, presque dans la crainte de l’arrivée et de la nécessité d’affronter un dehors totalement effrayant, car inconnu. La fin du voyage, finalement, est la plus grande aventure que les colons auront à traverser...


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 7 octobre 2012 à 23h12 - par  sylvain

Madame Le Guin est dotée d’une sérieuse imagination, notamment pour ce qui est d’inventer des rapports humains nouveaux, et la façon dont ceux-ci peuvent façonner une société. On pourrait même trouver que certains passages, pourtant sans descriptions crues ni érotismes, relèvent de la coquinerie tout à fait sympathique.

Mais par contre, il est assez surprenant de constater que autant les sexualités décrites dans chacune de ces nouvelles sont différentes, autant le schéma général de ces société reste constant, et proche d’un moyen âge pastoral et calme.

Seule la dernière nouvelle amène un peu de changement à cet opus, décrivant l’engourdissement d’une société humaine cloisonnée dans un vaisseau pour plusieurs générations.

L’ensemble est amusant et se lit assez bien, mais n’apporte rien de vraiment nouveau à la SF.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique