Styx

mercredi 10 septembre 2014
par  sylvain
popularité : 36%

Styx : une maladie qui ronge les humains installés sur cette planète, et qui les tue en quelques mois. Sans souffrance, car Styx abolit les souffrances. Et sans contamination, car pour attraper Styx, il suffit d’un regard de compassion vers un des ET humanoïdes qui peuplent cette planète. Et c’est facile, d’éprouver de la compassion, que ce soit pour les mâles, plutôt gentils, mais surtout les femelles, dont la conformité intime était si troublante et gage de plaisir nouveaux.

Alors beaucoup se font avoir. Y compris Keith, qui transcende sa désespérance en musique. Et y compris Silvio, cet amant aux yeux tellement bleu, au corps liane tellement lié au sien. Aussi Silvio est parti, pour qu’Orfeu ne se contamine pas, et Orfeu, dans sa douleur, ne peut que se noyer dans le travail. Une enquête au plus profond des quartiers ET, pour comprendre comment les Lutins vivent, et surtout pourquoi certains découpent atrocement les humains contaminés.

Quand c’est Slivio qui est lacéré, Orfeu décide de se venger. Et de lacérer quelques Lutins. Cela déclenche une lutte à mort entre les humains et les Lutins.

Lucio est envoyé vers cette planète pour enquêter sur les mauvais résultat de la production de minerai. Quand il arrive, le chaos est déjà très avancé, les autorités locales sont dépassées. Et pour couronner le tout, Lucio est le frère d’Orfeu. Alors, malgré les ordres, il va essayer de comprendre cette planète, comme aucun humain ne l’a fait avant lui.

Pour découvrir que Styx n’est pas un vecteur de mort, mais une phase de la reproduction des Lutins... Mais cette découverte arrivera un peu trop tard pour pouvoir être exploitée, les décisions rationnelles ont déjà été prises...


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 21 septembre 2014 à 19h37 - par  sylvain

Rien de révolutionnaire dans cet opus, et bien sûr, on y trouve les ajustements usuels qui permettent l’écriture d’un opus de Space Opéra (ET suffisamment humanoïdes pour pouvoir discuter avec les humains, et même faire l’amour, voyage spatial suffisamment rapide pour que des échanges commerciaux entre planètes soient viables).

Mais il y a un petit plus, une touche d’imagination sympa, la méthode de reproduction du peuple des Lutins (je ne vais pas le dire, lisez le livre si vous voulez savoir) que les humains n’ont jamais cherché à découvrir, pétri de leur complexe de supériorité par rapport à l’ensemble de la galaxie.

Voilà donc qui donne un opus ma fois bien agréable.

NB : c’est un auteur et un livre que j’ai découvert lors de la "Nuit des Livres" 2014. Merci Escquelbook.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Styx