2030

jeudi 4 février 2021
par  sylvain
popularité : 90%

Lucie avait décidé de s’engager. Alors elle lui avait demandé de l’accompagner pour la rencontrer, cette jeune femme qui avait tenu le monde en haleine, 10 ans auparavant et qui était encore l’idole des ados.

C’est là qu’il avait rencontré Véra. C’est dans sa librairie qu’avait lieu la dédicace, la rencontrer lui avait fait un choc. Un peu comme Denise, sauf qu’il valait mieux ne pas.

Anton lui avait dit, d’ailleurs, assez rapidement, qu’il ne fallait pas confondre se faire un peu de bien et retomber dans une histoire, surtout avec la sienne d’histoire. Et surtout qu’on avait assez de boulot comme ça à justifier de continuer à produire, alors que le gouvernement avait lancé une enquête, et qu’il fallait absolument que tout soit propre, qu’il n’y ait pas de doutes sur le fait qu’on ne pouvait pas être sûr.

Mais Véra, Lucie, Greg, ça lui faisait drôle, ça lui rappelait qu’il pouvait y avoir une sorte de vraie vie. Copain, c’est ça, rester amis, ne pas coucher, ça risquait de gâcher. Enfin, c’est ce que Véra lui avait dit, il essayait de s’y tenir.

Mais ce n’est pas forcément facile de dormir avec la femme à qui on a dit qu’on était d’accord pour rester amis.


Commentaires

Logo de sylvain
jeudi 25 février 2021 à 17h44 - par  sylvain

C’est du Djian, du vrai, du moins pour le début.

On y trouve à la fois une situation scabreuse mêlant des personnages loins d’être des héros, mais tellement humains, et une humanité qui, dans 10 ans, n’aura toujours rien fait contre le réchauffement climatique, et qui commencera à en payer le prix.

Et surtout, un style toujours péchu, qui vous entraîne dans la tête des protagonistes, qui vous met au coeur de l’action, vous plonge dans la complexité des relations entres hommes et femmes, entre adultes et adolescents.

J’ai particulièrement aimé, cette fois (c’est la première fois que je remarque cette façon de faire) l’absence de différence entre les dialogues et la trame de l’histoire. La "simple" (j’en serais bien incapable) façon d’écrire permet de différencier les deux, dans l’intérieur des phrases. Sacrément fort.

Par contre, la fin de l’opus est décevante, supprimer un personnage permet certes de finir l’histoire, mais n’est pas à la hauteur du reste de l’opus.