Plan du site

Commentaires récents

10 janvier

Le côté positif est que c’est foutrement bien écrit. 750 pages qui se (...)

Décembre 2021

Le Tome 1, La cinquième saison, est très agréable à lire, notamment (...) On ne peut pas dire que la couverture soit particulièrement (...) Ca ne donne pas dans la finesse, mais c’est amusant.
L’idée (...)
Un roman sur l’imbécilité de la mono-manie. Ils sont allés au bout, (...) La SF usuelle, c’est plein de fusées, de saut hyper-spaciaux, et de (...) Béru, Berthe, l’amant de celle-ci, tout cela permet des cataclysmes (...) C’est foisonnant de drôleries, et le personnage de M. Blanc amène (...) C’est al période ou SA, devenu Directeur, prends le temps de vivre (...) Difficile de se faire un avis sur l’opus.
D’une part, le côté (...)
Un opus bien sympathique à lire, mais qui, une fois fermé, s’oublie (...)

Août 2021

C’est la grande époque des San-A, de moins en moins crédible (pour (...) Il s’agit visiblement du tout premier San-A, re-publié en 1981 (...) Le tout premier SA paru, ce qui a lancé la carrière de F. Dard, et (...) Ce sont les opus de la grande période, un vocabulaire bien senti, (...) J’avais lu l’opus en février, et voilà que j’attends Juillet pour le (...) Dieu que c’est beau. C’est un cri, assez court, mais puissant, (...) Ecrit en 1992, ce roman avait pour lui d’être a tout le moins en (...) Je relisais les commentaires sur les autres opus de cet auteur, (...) Du grand San-A, cette fois, un voyage dans une république (...) Cette fois, c’est plus un bouquin d’espionnage, avec des méchants (...) Du San-A bien classique, sur un thème de polar, avec tout ce qu’il (...)

Mai 2021

L’air du temps est féministe, Mme Laurens fait un opus dans l’air (...) Encore un petit plaisir. Certes, ça a vieilli, certes, il y a un (...) C’est joyeux et déconnant à souhait, un opus de San-A comme je les (...) Le Texas est devenu l’équivalent de Gaza.
Et la conclusion est (...)

Février 2021

Les deux premiers opus formaient une suite logique, ici, on reste (...) Dans la foulée du tome 1, toujours aussi agréable à lire et (...) Pour une fois, le Goncourt a un petit côté surprenant : ce n’est (...) C’est du Djian, du vrai, du moins pour le début.
On y trouve à la (...)