Bonjour paresse

dimanche 30 août 2009
par  sylvain
popularité : 29%

Bonjour paresse est un pamphlet contre la soumission des cadres moyens aux idées toutes faites développées par l’entreprise, pour leur plus grand malheur, puisqu’ils ne sont plus que quantités négligeable.

Après avoir décodé les rites qui rendent la soumission facile et acceptable, Mme Maier se gausse des autres (qu’elle même et le lecteur), englués dans leur acceptation de la "culture d’entreprise", puis conseille de subvertir ce système : l’utiliser par le moindre effort.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 30 août 2009 à 21h52 - par  sylvain

Il faut le reconnaître, cet opus est féroce, bien vu, et parfois un peu drôle.

Résumer la "culture d’entreprise" à "la cristallisation de la bêtise d’un groupe de gens à un moment donné" permet par exemple de décoder effectivement pas mal de situations de travail. Surtout avec des "chefs" un peu perdus, qui n’osent pas l’admettre, et qui utilisent toute branche possible pour se raccrocher.

Mais, à l’inverse, j’y ai comme détecté 3 manques.

D’abord, l’expérience de Mme Maier, à l’époque de l’écriture de ce livre, se limite à celle vécue dans "une grande entreprise française œuvrant dans le domaine de l’énergie (EDF)". Il me semble, pour y avoir aussi passé quelques années, que cette entreprise cristallise un grand nombre des déficiences du management. Mais d’une part elle se soigne, et d’autre part, elle n’est pas la seule entreprise du monde, loin de là.

Ensuite, plusieurs passages dénotent presque d’une jalousie inavouée à l’égard des cadres "du sérail". Certes, ces "cadres supérieurs" sont assujettis à l’entreprise, mais la répétition de "supérieur", par opposition à "moyen", et l’usage d’expression comme "de toute façon, je n’ai jamais pu les encadrer" sonnent comme le regret de ne pas être passé de l’autre côté du miroir, celui où l’on dirige réellement.

Enfin, quelle organisation humaine ne pourrait se prêter à une telle critique : l’armée a ses adjudants, les églises lavent les cerveaux plus fortement que les entreprises, les partis politiques sont tombés en déshérence... C’est quoi, la solution, Mme Maier, pour faire des choses ensemble ? Votre définition de la psychanalyse, comme méthode permettant de développer le soi, est certes intéressante. Ne serait-elle pas un pu limitée, en terme de collectif ?

Merci à Nath’ qui m’a prêté ce livre, et n’hésitez pas à aller lire cet article.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Bonjour paresse