Toujours avec toi

lundi 11 novembre 2013
par  sylvain
popularité : 58%

Quelques jours avant le vernissage de son expo de photos, Inga apprends que Mårten, son compagnon, est mort d’un infarctus. La douleur est telle que Inga, pendant plusieurs mois, fonctionne sans autre but que de survivre.

Et puis elle décide un jour d’aller passer quelques mois dans la maison des vacances de sa jeunesse. Elle y retrouve un ami d’enfance, toujours plus ou moins amoureux d’elle, mais surtout, une étrange boite contenant une lettre de 1916, envoyée d’Afrique par une certaine Léa à sa grand-mère, ainsi que diverses coupures de journaux de la même époque, relatant la grande bataille navale du Jutland.

Intriguée, Inga enquête auprès des membres de sa famille encore vivants. Elle découvre une autre vie, celle de sa grand-mère, jeune femme issue d’une famille très croyante mais pauvre, partie comme bonne dans une famille aisée de Göteborg, et qui y trouva d’abord l’amitié indéfectible d’une autre femme, Léa, et qui fût aimée à la folie par deux hommes, dont l’un en mourut.

Par delà les années et les générations, cette histoire permis à Inga de faire le deuil de son histoire d’amour avec Mårten, sans pour autant l’oublier, comme sa grand-mère et son amie firent le deuil de beaucoup de chagrins, sans pour autant oublier de vivre.


Commentaires

Logo de sylvain
vendredi 22 novembre 2013 à 23h19 - par  sylvain

Au premier abord, une "simple" histoire d’amour et de deuil d’une passion partagée.

Et puis très vite, la complexité s’installe. En contrepoint, deux histoires très différentes, celles de la narratrice, femme d’aujourd’hui ayant perdu son conjoint et retrouvant, après quelques années de solitude un ancien amour. Et de l’autre, une femme d’un passé proche mais terrible, ayant aimé à la folie un homme peu respectable, pour finir par partager la vie d’un homme plus ordinaire. Et qui aimait aussi, à sa façon, une amie qui lui était devenue très proche.

Sous des dehors anodins, c’est l’histoire des amours et des amitiés qui nous façonnent, de ces êtres qu’on a croisé et qu’on oublie jamais même si on ne les voit plus. Comme Les oreilles de Buster, c’est un livre redoutablement complexe, écrit avec une grande limpidité.

Une auteur dont j’aimerai lire le troisième opus traduit en français.

Navigation

Articles de la rubrique